Amnistie

ÉCRIVEZ UN MESSAGE DE SOLIDARITÉ

SUGGESTIONS DE MESSAGES

Sachez que vous n’êtes pas seul et que plusieurs personnes travaillent sans relâche pour que justice lui soit rendue.
 
Know that you are not alone and that many people work tirelessly for justice to be restored.

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

ASSASSINÉ POUR AVOIR DÉFENDU LES DROITS DES LGBTIQ

Xulhaz Mannan était chez lui avec un collègue lorsque des hommes se présentant comme des coursiers ont fait irruption et les ont tués à coup de machette sous les yeux de la mère de Xulhaz, âgée de 75 ans.

Xulhaz était l’un des fondateurs du seul magazine du Bangladesh consacré aux questions lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexuées et queer (LGBTIQ), une entreprise risquée dans un pays où les relations entre personnes de même sexe sont illégales.

On pense que ses agresseurs appartiennent à Ansar al Islam, un groupe extrémiste qui s’est rendu responsable d’une série d’attaques de ce type contre des blogueurs qui parlent de l’athéisme, du féminisme, de la science et d’autres questions liées à la laïcité.

Malgré des éléments de preuve, en particulier des déclarations de témoins et des images de vidéosurveillance, personne n’a été inculpé pour ces assassinats commis en avril 2016. Et pour couronner la passivité de la police, les autorités en viennent à accuser les victimes. Peu après l’assassinat de Xulhaz, un ministre a déclaré que les mouvements qui font l’apologie des « relations sexuelles contre nature » ne sont pas autorisés dans la société bangladaise.

Le manque de détermination des autorités à retrouver et poursuivre les assassins présumés de Xulhaz envoie un signal désastreux aux militants LGBTIQ et à toutes les personnes qui s’emploient à faire bouger les choses. Comme le dit le frère de Xulhaz, l’inaction de la police montre que « le gouvernement n’est absolument pas embarrassé [...] et considère que “cette” question [des relations entre personnes de même sexe] s’est éteinte avec Xulhaz ».

ENJEUX

  • Liberté d’expression
  • Défenseur droits humains
  • Droit des lesbiennes, gais, bisexuels, transsexuels, intersexuées et queer (LGBTIQ)
  • Impunité

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ENVOYER UNE CARTE AVEC VOTRE MESSAGE DE SOUTIEN PAR LA POSTE À L'ADRESSE SUIVANTE

To the Family of Minhaz Mannan Emon 
c/o Amnesty International East Asia Regional Office 
16/F Siu On Centre
188 Lockhart Road
Wanchai
Hong Kong