Amnistie
Réfugiés esclaves en Libye

Metttons fin à la détention et à la vente de réfugiés et migrants en Libye

Réclamez la fin de la détention et de la vente de réfugiés et migrants en Libye

Texte de la pétition

Nous demandons à la ministre des Relations internationale du Canada, Mme Freeland, de faire part de nos préoccupations au premier ministre de la Libye, Fayez Al-Sarraj, et au président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, afin que : les personnes migrantes et réfugiées soient libérées des centres de détention et que cessent les détentions arbitraires; des enquêtes soient entreprises sur les allégations de torture et d’autres mauvais traitements des réfugiés et des personnes migrantes en Libye et que l’on s’assure que les suspects allégués soient accusés lors de procès justes et équitables afin de mettre fin à la spirale d’abus; ceux-ci réévaluent leur collaboration concernant les politiques de migration afin de donner la priorité au respect des droits humains des personnes migrantes et des réfugiés au lieu de piéger les personnes en Libye.

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

PÉTITioN

LIBYE 

Nous sommes préoccupé.es par la situation des personnes migrantes et réfugiées en Libye qui déclarent avoir subi des abus et des violences.

Plus de 20 000 personnes migrantes et réfugiées sont actuellement détenues en Libye dans des centres de détention tenus par des milices et des groupes armés plus ou moins associés au gouvernement. Ceux-ci retiennent ces personnes migrantes et réfugiées dans des conditions horribles, sans accès à l’eau, à de la nourriture ou à des médicaments. Ces milices et groupes armées commettent des abus constants, notamment de la torture, de l’extorsion, du travail forcé et des agressions sexuelles.

Ce qui nous préoccupe, c’est qu’en entraînant, équipant et soutenant les garde-côtes libyens, l’Europe bloque les personnes migrantes et réfugiées en Libye et continue d’alimenter les abus.

Nous demandons à la ministre des Relations internationale du Canada, Mme Freeland, de faire part de nos préoccupations au premier ministre de la Libye, Fayez Al-Sarraj, et au président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, afin que :

  • les personnes migrantes et réfugiées soient libérées des centres de détention et que cessent les détentions arbitraires;

  • des enquêtes soient entreprises sur les allégations de torture et d’autres mauvais traitements des réfugiés et des personnes migrantes en Libye et que l’on s’assure que les suspects allégués soient accusés lors de procès justes et équitables afin de mettre fin à la spirale d’abus;

  • ceux-ci réévaluent leur collaboration concernant les politiques de migration afin de donner la priorité au respect des droits humains des personnes migrantes et des réfugiés au lieu de piéger les personnes en Libye.

  •