Amnistie
Ahed Tamimi

Libérez Ahed Tamimi, militante courageuse contre l'occupation

Réclamez la libération de Ahed Tamimi

Pétition à l'attention du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou

Monsieur le Premier Ministre,

Je vous appelle à faire libérer dans les plus brefs délais la militante palestinienne Ahed Tamimi, 16 ans, qui a été condamné à 8 mois de prison. 

Le 15 décembre, le cousin d’Ahed, Mohammed, 14 ans, a reçu une balle en caoutchouc dans la tête, tirée depuis une faible distance par un soldat israélien. Il a dû subir une lourde opération chirurgicale, pendant laquelle une partie de sa boîte crânienne a été retirée. Plus tard le même jour, Ahed s’est elle aussi retrouvée face à des soldats israéliens qui étaient entrés dans la cour de sa maison. Une vidéo la montre, sans arme, en train de frapper, de pousser et de donner des coups de pied à deux soldats israéliens portant un équipement de protection. Il est évident qu’elle ne représentait aucune menace sérieuse pour ces hommes, qui ne l’ont repoussée que légèrement. Pourtant, la jeune fille a été condamnée à 8 mois de prison, une sanction clairement disproportionnée.

Rien de ce qu’a fait Ahed Tamimi ne saurait justifier la peine qui a été imposée à cette adolescente de 16 ans. Celle-ci compte parmi les 350 mineurs palestiniens retenus dans des prisons ou des centres de détention israéliens. Je vous appelle à veiller que les mineurs palestiniens ne fassent pas l’objet de détention ou d’emprisonnement, sauf lorsqu’il est démontré que c’est un dernier recours nécessaire et approprié, et pour une durée la plus brève possible.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

PÉTITioN

ISRAËL/TERRITOIRES OCCUPÉS

Ahed Tamimi, militante palestinienne âgée de 16 ans, est considérée comme la « Rosa Parks palestinienne ». Depuis des années, elle et sa famille s’opposent courageusement à l’occupation israélienne. Mais aujourd’hui, cette jeune fille risque jusqu’à 10 ans de prison pour une altercation avec des soldats israéliens.

Le 15 décembre dernier, Ahed Tamimi et sa famille manifestaient contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. La situation a pris un tournant dramatique lorsque le cousin d’Ahed, Mohammed, 14 ans, a reçu une balle en caoutchouc dans la tête, tirée depuis une faible distance par un soldat israélien. L’adolescent a dû subir une lourde opération chirurgicale, pendant laquelle une partie de sa boîte crânienne a été retirée pour que la balle puisse lui être enlevée.

Plus tard le même jour, Ahed s’est elle aussi retrouvée face à des soldats israéliens qui étaient entrés dans la cour de sa maison. Une vidéo, devenue virale depuis, la montre, sans arme, en train de frapper, de pousser et de donner des coups de pied à deux soldats israéliens portant un équipement de protection. Il est évident qu’elle ne représentait aucune menace sérieuse pour ces hommes, qui ne l’ont repoussée que légèrement. Pourtant, la jeune fille risque jusqu’à 10 ans de prison, une sanction clairement disproportionnée.

Le 19 décembre, des soldats israéliens ont fait une descente au domicile d’Ahed pendant la nuit. La jeune fille a été arrêtée pour voies de fait avec circonstances aggravantes, d’obstruction au travail des soldats et d’incitation à la violence.

En l’attente de son procès elle a été maintenue en détention, ou elle a enduré des interrogatoires musclés, parfois de nuit, et des menaces ont été proférées à l’encontre de sa famille. Le verdict est tombé lors de son procès le 21 mars dernier. Elle est condamnée à purger 8 mois de prison. Cette sentence est clairement disproportionnée et constitue une tentative flagrante d’intimidation envers tous ceux qui se lèvent contre les violations des droits de l'homme que les Palestiniens éprouvent sous l'occupation brutale d'Israël.

AHED TAMIMI DOIT SORTIR DE PRISON

Rien de ce qu’a fait Ahed Tamimi ne saurait justifier le maintien en détention d’une adolescente de 16 ans. Celle-ci compte parmi les 350 mineurs palestiniens retenus dans des prisons ou des centres de détention israéliens.

Aidez-nous à faire pression à l’échelle internationale sur le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.


©Issam Rinawi/Anadou Agency/Getty Images