Amnistie
Shawkan

EMPÊCHEZ LA CONDAMNATION À MORT DU PHOTOJOURNALISTE SHAWKAN

Demandez la libération immédiate de Shawkan

 

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

PÉTITioN

EGYPTE

Mahmoud Abu Zeid, alias Shawkan, 30 ans, a été arrêté en 2013 alors qu’il prenait des photos dans le cadre de sa profession de photoreporter. Il est un prisonnier d’opinion et risque la peine de mort simplement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Il est dans l’attente d’une décision de justice depuis 2013.

Le 14 août 2013, au Caire, a eu lieu une manifestation pour le président déchu de l’Égypte, Mohamed Morsi. Les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes, des fusils de chasse et ont tiré directement sur les manifestants pour les disperser, faisant des centaines de morts. Alors qu’il prenait des  photos de la violente dispersion du sit-in, les policiers ont identifié Shawkan comme un journaliste, l’ont battu et arrêté.

Demandez aux autorités égyptiennes d’abandonner toutes les charges pesant à l’encontre de Shawkan et de le libérer immédiatement et sans condition.

Shawkan a été interrogé sans la présence d’un avocat. Il a ensuite été placé en détention provisoire, plus de quatre ans plus tard, il y est encore.

Le 11 août 2015, shawkan et 738 autres personnes ont tous été accusés “d’appartenance à un groupe interdit” en référence aux Frères musulmans, de “meurtre”, de” dégradation de biens privés et publics” et de “détention d’armes à feu et d’armes blanches”. Le 3 mars 2018, le procureur a requis la peine de mort contre les 739 accusés.

En 2016, 9 chefs d’inculpation forgés de toutes pièces ont été établi à l’encontre de Shawkan. Il est aujourd’hui confronté à 24 chefs d’inculpation. Les avocats de Shawkan se sont vu refuser l’accès aux documents liés à l’affaire, dont la liste des chefs d’accusation. Depuis le 12 décembre 2016, la Cour criminelle ajourne continuellement l’audience de Shawkan.

Shawkan est atteint de l’hépatite C et ne reçoit aucun traitement médical en prison.

Nous demandons :

  • Que les autorités égyptiennes abandonnent toutes les charges pesant à l’encontre de Shawkan
  • La libération immédiate et sans condition de Shawkan

© Private