<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1527528954029016&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Amnistie
sterilisation forcee des femmes autochtones

ARRÊTEZ DE STÉRILISER LES FEMMES AUTOCHTONES DE FORCE

Demandez au gouvernement du Québec d'agir rapidement afin de mettre fin à cette pratique.

Ministre
Danielle
McCann
Gouvernement du Québec

 

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

ACTION

CANADA

Partout au Canada, des femmes autochtones ont révélé avoir été soumises à une stérilisation forcée ou sous la contrainte, et ce, aussi récemment que 2017. On a fait croire à certaines femmes que l’intervention était réversible. D’autres ont été séparées de leur bébé jusqu’à ce qu’elles consentent à une ligature des trompes.

La stérilisation forcée et sous la contrainte des femmes autochtones résulte de préjugés et de discrimination systémiques à l’endroit des peuples autochtones dans la prestation des services publics au Canada. C’est une tendance répandue que le gouvernement reconnaît par ailleurs. Il s’agit d’une atteinte à l’intégrité d’un peuple qui a déjà été victime de graves violations des droits de la personne, y compris l’assimilation forcée.

Stériliser les femmes sans leur consentement entier, libre et éclairé est une forme de violence et de torture. Les mesures visant à prévenir les naissances au sein de groupes ethniques ou raciaux sont explicitement interdites en vertu de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Chaque femme doit pouvoir décider si elle veut fonder une famille, à quel moment elle le veut et de la façon qui lui convient. Chaque femme a le droit de mener une existence libre de violence et de discrimination. Chaque femme a le droit à la santé.

Il incombe au gouvernement fédéral d’assumer un rôle de chef de file et de coordination dans l’examen de ce problème afin d’y mettre fin et de garantir que les survivantes obtiennent justice.

Les provinces, les territoires et les Collèges des médecins ont également un rôle à jouer étant donné les compétences provinciales et territoriales en matière de santé. 

Toutefois, le gouvernement du Québec a refusé de participer aux travaux de la table de travail du gouvernement fédéral sur les stérilisations forcées et de discuter de ce dossier avec les intervenants des réseaux de la santé des autres provinces et territoires du Canada.

Demandez au gouvernement du Québec d’agir rapidement afin de mettre fin à la stérilisation des femmes autochtones sans leur consentement.

 


Plus d'informations : en français / en anglais