Amnistie
Manifestation en Argentine

FAITES CESSER LES VIOLENCES CONTRE LE PEUPLE SENGWER

Demandez au président Kenyan de faire cesser les violences contre le peuple sengwer

 

** En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d’un condensé d’information sur les droits humains par Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l’essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.

PÉTITioN

KENYA

M. Uhuru Kenyatta, président du Kenya, 

Le peuple autochtone sengwer vit dans la forêt d’Embobut (nord de la vallée du Rift, Kenya) depuis des siècles. Les Sengwers ont un profond lien spirituel avec cette vaste et belle forêt, où se trouvent leurs terres ancestrales. Cependant, l’État kenyan les en chasse violemment et en toute illégalité, ce qui menace leurs moyens d’existence et leur mode de vie.

Les autorités affirment agir au nom de la conservation de la nature et prétendent, sans preuve, que les Sengwers endommagent les terres. Des milliers de personnes se sont ainsi retrouvées sans domicile et beaucoup vivent désormais dans la pauvreté.

Les Sengwers sont déterminés à résister, mais ils en sont violemment punis. Des milliers de logements ont été réduits en cendres et, en janvier 2018, Robert Kirotich Kibor, un membre de la communauté, a été tué par balle.

« Laissez-nous tranquilles, s’il vous plaît. Nous protégerons la forêt. » – Un aîné sengwer

Monsieur le président du Kenya, nous vous demandons de :

  • Mettre un terme aux expulsions forcées de la communauté Sengwer et supprimer toutes les restrictions à l’accès et à l’occupation par ces derniers de leurs terres ancestrales dans la forêt d’Embobut ;
  • Veiller à ce qu'une enquête indépendante et approfondie soit menée sur les expulsions forcées et les violences dans la forêt d'Embobut, en particulier l'assassinat de Robert Kirotich ;
  • Prendre des mesures immédiates pour veiller à ce que les dirigeants Sengwer et les défenseurs des droits humains ne soient pas harcelés, menacés ni intimidés pour avoir exercé leurs droits fondamentaux ;
  • Travailler en collaboration avec la communauté Sengwer et obtenir son consentement pour une nouvelle approche de la conservation dans la forêt Embobut, qui reconnaît le rôle de la communauté en tant que co-gestionnaires, co-conservateurs et propriétaires de la terre.

© Amnistie Internationale