<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1527528954029016&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Amnistie

Magai Matiop Ngong

 

à
Magai
Matiop Ngong
Mineur condamné à mort au Soudan du Sud

Un adolescent dans le couloir de la mort 

À 15 ans, Magai Matiop Ngong aimait courir et chanter le gospel. Il fréquentait l’école secondaire et caressait le rêve d’aider les gens plus tard. Mais sa vie s’est arrêtée lorsqu’il a été accusé de meurtre en 2017. Au procès, il a expliqué au juge qu’il n’avait que 15 ans et que la mort dont on l’accusait était un accident.  Le juge l’a quand même condamné à mort par pendaison. “Il n’est pas agréable d’entendre qu’on va mourir, a-t-il dit. Ça ne me fait pas plaisir…”

CONTEXTE

Magai n’a pas eu d’avocat pour l’aider lors de son arrestation ou lors de son premier procès. Le juge lui a dit qu’il pouvait écrire une lettre pour demander l’annulation de sa condamnation à mort. Il n’a eu accès à un avocat que lorsqu’il a changé de prison.L’an dernier, sept personnes ont été pendues au Soudan du Sud. L’une d’elles, tout comme Magai, n’était qu’un enfant.

Deux ans après le prononcé de sa sentence, Magai est dans l’antichambre de la mort à la prison de Juba et en attente de son appel. Il n’a pas perdu “l’espoir… d’être libéré et de pouvoir continuer… à aller à l’école.” 

ADRESSE POSTALE

Envoyez vos messages à l’attention de Magai Matiop Ngong :

C/O Amnesty International Regional Office for East Africa, the Horn and Great Lakes
Riverside Studios
Riverside Lane, off Riverside Drive
P.O Box 1527-00606,
Nairobi, Kenya